Mon année 2020 à l’UNAF




Je vous propose un rapide retour d’expérience en tant que représentante des AFP au sein du Bureau de l’UNAF, rattachée au pôle enfance et parentalité.




L’année 2020 a tout d’abord été marquée par l’adaptation aux restrictions sanitaires. Plusieurs rencontres ont ainsi eu lieu par visioconférence: des conseils d’administration, une réunion du bureau, des groupes de travail et la rencontre annuelle des présidents et directeurs d’UDAF-URAF. L’assemblée générale de l’UNAF a quant à elle été reportée de quelques mois mais a pu se tenir en présentiel à Paris, dans un format très condensé. Ce fut une joie d’assister à cette occasion à l’élection de François GUILLAUME au poste d’administrateur de l’UNAF. Cette représentation renforcée des AFP au C.A. est le fruit du travail de qualité accompli sur le terrain par nos associations, ainsi que de notre croissance constante en nombre de familles. Un encouragement pour chacun d’entre nous à poursuivre son action!


Les dossiers n’ont pas manqué malgré la nouvelle forme de travail imposée par la pandémie. L’UNAF a continué son action de plaidoyer et de défense des intérêts des familles auprès des pouvoirs publics. Elle a pris part à de nombreuses consultations organisées par les services de l’état. Parmi les sujets évoqués, je citerai: l’accompagnement du petit enfant et de ses parents (les fameux « mille premiers jours »), le Ségur de la santé, l’allongement du congé de paternité, la loi sur la réforme de l’adoption, la continuité des services aux familles et le soutien aux majeurs protégés dans les UDAF pendant les confinements.


Dans le département enfance et parentalité de l’UNAF, j’ai suivi les travaux autour de la création d’un guide du parrainage de proximité à destination du grand public et des travailleurs sociaux, afin de mieux faire connaître cette démarche d’entraide familiale et citoyenne. La publication de ce document est malheureusement retardée par la situation sanitaire.

J’ai également pu attirer l’attention de l’UNAF sur la réforme de l’instruction en famille qui prévoit une forte restriction des droits des familles.

D’autre part, j’ai co-animé l’une des rencontres régionales des présidents d’UDAF et d’URAF, pour élaborer le nouveau plan stratégique intitulé « Nous, demain ». L’occasion pour moi de mesurer à quel point le travail en réseau est primordial pour garantir la pluralité et la qualité de la représentation familiale dans les territoires. Ces travaux menés dans chaque région ont débouché notamment sur des objectifs de mutualisation des moyens et des bonnes pratiques, ainsi qu’une offre de formation accrue et davantage ciblée.

Un bémol à signaler, les travaux de la MIVILUDES (lutte contre les dérives sectaires) n’ont toujours pas repris en y incluant les représentants de la société civile, je n’ai donc pas pu y représenter les familles au nom de l’UNAF.

J’ai par ailleurs assuré la liaison entre nos AFP locales et les UDAF, lorsque cela était nécessaire.


Si 2021 s’ouvre sur l’incertitude dans un climat économique et social anxiogène, elle nous offre aussi une foule d’opportunités de répandre l’amour, l’espérance et la joie au travers de nos actions avec et pour les familles et les personnes isolées. Alors, pour paraphraser la carte de voeux de notre fédération des AFP, soyons contagieux!


Sandra BLASIAK

Bureau de l’UNAF