Réflexion sur la gouvernance de nos associations

Mis à jour : mai 28

Gouvernance de nos associations ou l'intelligence et compétences au service de la Foi en Dieu, de nos églises et de nos œuvres.


Cette réflexion démarre à la suite d'un constat qui rapporte que bien souvent dans nos églises, nos œuvres chrétiennes (gérées par des associations cultuelles et culturelles) sont en pénuries d’administrateurs, de trésoriers, de gestionnaires, de secrétaires. Il semblerait que ceux qui acceptent de s’engager se retrouvent souvent seuls, sans équipe, sans encouragement. Comme si, ces missions dont ils sont chargés seraient à écarter du service direct de Dieu. Serait-ce que ces "ouvriers de l'administration" ne sont missionnés que pour une tâche légale, utile mais éloignée d'un rôle dans l’œuvre de Dieu ?

Certains pensent que les maths, la comptabilité, le raisonnement s'opposent à la foi. Fort heureusement, il y a de nombreux chrétiens qui exercent des métiers dans le domaine de la Science, de la Finance, de la Comptabilité, du Secrétariat, de l'Entreprenariat...


Émilie a choisi de reprendre les écritures afin de mettre en valeur le fait que Dieu place l'intelligence, la capacité à compter, la réflexion et l'analyse comme des facultés au service de son œuvre dans la soumission et le renouvellement que l'Esprit opère dans la Pensée.


Vivre par la foi, c'est avoir une intelligence renouvelée

Comme dit dans l'introduction, on croit souvent, à tort, que les maths, la comptabilité, le raisonnement s'opposent à la foi. Or, cela n'est pas le cas, il existe de nombreux exemples où ces facultés sont importantes pour servir le royaume de Dieu. En ce qui concerne le dernier cité, à savoir le raisonnement, bien que valorisé dans la Bible, il doit être préalablement renouvelé par l'Esprit de Dieu. Car notre intelligence a été pervertie lorsque le péché est entré dans le monde.


Éphésiens 4 : 20-24 : "Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris (à connaître) le Christ, si du moins vous avez entendu parler de lui, et si vous avez été instruits en lui, conformément à la vérité qui est en Jésus : c’est-à-dire vous dépouiller, à cause de votre conduite passée, de la vieille nature qui se corrompt par les convoitises trompeuses, être renouvelés par l’Esprit dans votre intelligence, et revêtir la nature nouvelle, créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité."

Romains 12: 2 : "Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait."


Dieu attend de ses enfants qu'ils soient intelligents et qu'ils utilisent leur réflexion avant d'agir ou de produire. Chaque être humain est doté d'intelligence, mais elle est corrompue lorsqu'elle n'est pas renouvelée et soumise à l'Esprit du Christ.

Proverbes 2 : 10-11 : "Alors la sagesse pénétrera dans ton cœur et la connaissance fera tes délices. La réflexion sera ta sauvegarde et l’intelligence veillera sur toi."

Proverbes 8 : 11-14 : "Car moi, la Sagesse, je vaux mieux que les perles. Aucun trésor n’a autant de valeur. Je suis la Sagesse, le bon sens m’accompagne. Je sais agir avec réflexion. Être soumis au Seigneur, c’est détester le mal. Pour ma part, je déteste l’orgueil et l’arrogance, les mauvaises actions et les paroles trompeuses. Conseiller et rendre prévoyant : voilà mon rôle. Je suis l’intelligence elle-même. C’est moi qui donne la puissance."

L'instruction et la connaissance sont des piliers de la sagesse lorsqu'elles sont soumises à la révélation de la Sagesse qui vient de Dieu.

Proverbes 8 :10 "Recevez mon instruction plutôt que de l’argent ; La connaissance est préférable à l’or affiné."


La volonté de Dieu, c'est que notre intelligence soit transformée afin de discerner les choses pour parvenir à la connaissance, et , d'agir avec la sagesse de Dieu.


Vivre par la foi, c'est apprendre à compter

L'intelligence et la réflexion soumises à Dieu, la comptabilité, la faculté d'analyse sont peu mises en avant dans le service pour le Seigneur et pourtant, ces capacités ne "comptent pas pour du beurre" !


Alors "Compter", "qu'est-ce que c'est ?" et "d'où ça vient ?"

"Compter" vient du latin classique "Computare" qui signifie : "calculer, comprendre dans un compte, faire les comptes, faire entrer en ligne de compte, mettre au nombre de, considérer comme."

"Compter" signifie également "marquer", "signaler" comme par exemple : Toutes les années de son travail fut comptées par des succès. "Compter" c'est aussi se projeter comme dans l'exemple suivant : Je compte bien me reposer pendant les prochaines vacances. "Compter" peut également signifier lister, comme Dieu l'a fait pour le peuple d'Isarël dans le Psaume 87 : 6 : "L’Éternel compte en inscrivant les peuples : C’est là qu’un tel est né. Pause." Ce qui nous pousse à la deuxième question : d'où vient le fait de compter ? Si nous remontons l'échelle du temps et que nous nous arrêtons au premier individu vivant ayant compté , il s'agit de Dieu Lui-même.

Psaume 147 : 4–5 "C’est lui qui détermine le nombre des étoiles, et à chacune d’elles il donne un nom. Notre Seigneur est grand, son pouvoir est immense, sa science est infinie."


Nous trouvons cette question posée par Dieu Lui-même dans Job 38 : 37 "Qui a la compétence pour compter les nuages et qui peut incliner les amphores du ciel pour agréger en glèbe la poussière, et pour souder les mottes de la terre ?"

Dieu fait des comptes, Il nous est rapporté qu'Il a compté et déterminé la postérité de son peuple. Nous pouvons le relever dans Genèse 15 : 5 "Puis Dieu le fit sortir de sa tente et lui dit : - Contemple le ciel et compte les étoiles, si tu en es capable. Et il ajouta : Tes descendants seront aussi nombreux qu’elles.". Nous le trouvons également dans le Nouveau Testament, dans le livre de Matthieu 10 : 29-30 "Ne vend-on pas une paire de moineaux pour un sou ? Et pourtant, pas un seul d’entre eux ne tombe à terre sans le consentement de votre Père. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés."


Dieu attend de nous, que nous sachions compter et évaluer. Il attend en retour que nous Lui rendions des comptes, que nous comptions en listant, en prenant note, de ce qui a de l'importance.

Romains 14 :12 nous enseigne que "Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même." Et il ne s'agit pas que des chrétiens mais de tout être humain. 1 Pierre 4 : 4-5 nous le confirme : "Maintenant ils trouvent étrange que vous ne vous précipitiez plus avec eux dans la même vie de débauche, et ils se répandent en calomnies sur vous. Ils en rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts."

Nous devrons rendre compte de la manière dont nous avons mené notre vie sur terre.


Il est aussi important de rendre compte des bienfaits de Dieu pour Le louer comme l'exemple que nous a laissé David dans le Psaume 103 : 1-2 "De David. Que tout mon être loue l’Eternel ! Que tout ce que je suis loue le Dieu saint ! Que tout mon être loue l’Eternel, sans oublier aucun de ses bienfaits." Tout le chapitre 103 est composé par l'énumération des bienfaits de Dieu listés par David. Le Psaume 90 au verset 12, nous invite à demander à Dieu de nous enseigner à bien compter nos jours pour une raison précise : "afin d'appliquer nos coeurs à la sagesse" ou dans une autre version "afin que notre coeur acquiert la sagesse". Ce verset ne soutient pas l'idée que nous sachions au préalable le nombre de nos jours, mais il reconnait que Dieu connaît ce nombre de jours qu'Il nous a accordés et que nous avons besoin de recevoir Sa sagesse afin de pouvoir mesurer la limite de nos jours et l'importance d'agir en conséquences chaque jour de notre vie.

La volonté de Dieu est que nous apprenions à “faire des comptes”, de nos actes, des bienfaits de Dieu, de nos jours limités pour le Louer et acquérir la Sagesse d'en-Haut.


Vivre par la foi, c'est évaluer ses limites et se soumettre à l'omniscience de Dieu

Nous savons que notre temps est compté, et que le sablier qui écoule les grains de sable de nos vies a commencé dès notre entrée dans ce monde. Nous sommes capables de percevoir les 3 étapes de la vie humaine qui sont ordonnées dans le même sens pour chaque être humain, à savoir la naissance, le développement et la mort. L'étape du développement est plus ou moins longue et propre à chacun. Elle peut durer quelques secondes ou se dérouler sous différentes étapes adjacentes telles que l'enfance, l'adolescence et puis l'âge adulte. Nous savons qu'il est important de prendre la mesure de la vie, non seulement pour profiter de chaque minute mais également pour se rappeler de nos limites humaines. C'est une des leçons qu'Abraham a dû apprendre de la bouche de Dieu.

Revenons au livre de la Genèse au chapitre 15 et au verset 5 : "Puis Dieu le fit sortir de sa tente et lui dit : -Contemple le ciel et compte les étoiles, si tu en es capable. Et il ajouta : Tes descendants seront aussi nombreux qu’elles." Le verset suivant ajoute : "Abram fit confiance à l’Eternel et, à cause de cela, l’Eternel le déclara juste." Abraham a pris une dose d'humilité, Il a compris que ce n'est pas son intelligence humaine qui lui permettra d'avoir un héritier et donc une descendance. Il l'obtiendra de l'Intelligence et la solution prévue par Dieu, Celui qui peut compter les étoiles. Abraham ne le peut pas, Dieu le peut et c'est en ceci que le verset 6 prend ton sens : "Abram fit confiance à l'Eternel". En d'autres termes, il reconnaît ses limites humaines et également l'omniscience de Dieu. Alors il accepte de placer sa confiance en Dieu et c'est en cela qu'Il est déclaré juste par l'Eternel. Il nous est tout-à-fait possible et accessible d'évaluer les besoins d'un groupe, d'une association, d'une armée, d'un pays à vue humaine, car on évalue la situation avec des critères concrets (physiques, psychologiques, émotionnels, matériels, techniques, financiers...). Si l'on se contente de cette évaluation, elle sera lacunaire car il manque l'aspect spirituel. L'évaluation manquera de la Sagesse omnisciente de Dieu. Rappelons-nous, Abraham a su se donner un fils mais ça n'était pas le fils choisi par Dieu. Une autre histoire dans l'Ancien Testament, me rappelle souvent combien notre évaluation humaine n'est pas forcément ce qui est juste. Portons nos regards sur le livre des Juges, précisément au chapitre 7 au verset 2, où Gédéon doit combattre les Madianites avec ses troupes.

"L’Eternel dit à Gédéon : Ton armée est trop nombreuse pour que je te donne la victoire sur les Madianites. Sinon les Israélites s’en vanteraient à mes dépens, en pensant que c’est par leurs propres forces qu’ils se sont délivrés.".

A vue humaine, nous ne sommes jamais trop nombreux pour combattre une grande armée ennemie. Mais Dieu, qui est omniscient, ne se contente pas de regarder le problème et de le résoudre. Il connaît le problème mais également les conséquences d'une mauvaise solution. Dieu enseigne à Gédéon que pour choisir une solution on ne regarde pas seulement au problème mais également aux conséquences de la résolution potentielle. Il enseigne également à Gédéon, une leçon d'humilité collective. Il sait que, si facilement, nous nous enorgueillissons de nos réussites et nous oublions que la victoire vient de la main de Dieu. Alors, Dieu propose de réduire le nombre des soldats par différentes stratégies. La première, que ceux qui ont peur, au point de trembler, s'en aillent. Le verset 3 nous rapporte que "Vingt-deux mille hommes de son armée s’en allèrent, et il en resta dix mille.". La deuxième stratégie consiste à observer la manière dont les soldats s'abreuvent pour connaitre le tri effectué par Dieu.

"L’Eternel dit à Gédéon : C’est avec ces trois cents hommes qui ont lapé l’eau dans leurs mains que je vous délivrerai des Madianites en vous donnant la victoire sur eux.".

Gédéon, tout comme Abraham, a reçu cet enseignement, que notre évaluation ne doit pas dépendre de notre intelligence humaine, mais elle doit être soumise à l'omniscience de Dieu.

Cette leçon fait écho à ce conseil dans Proverbes 3 : 5-7 : "Mets ta confiance en l’Eternel de tout ton cœur, et ne te repose pas sur ta propre intelligence. Cherche à connaître sa volonté pour tout ce que tu entreprends, et il te conduira sur le droit chemin. Ne te prends pas pour un sage, révère l’Eternel et détourne-toi du mal."

Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas évaluer, cela veut dire que nous ne devons pas tout faire reposer sur notre évaluation car elle est imprégnée de nos limites humaines. La volonté de Dieu est que nous sachions reconnaître nos limites humaines et que nous ouvrions nos projets et nos choix à l'omniscience de Dieu.


Vivre par la foi, c'est offrir, compter et témoigner

A quoi sert-il de compter les offrandes ? Est-ce seulement pour respecter la loi en vigueur en France ?

Comme nous pouvons le lire dans Exode 38 du verset 21 à 31, Moïse ordonne d'établir les comptes du Tabernacle. En premier lieu, du verset 21 au verset 23, nous observons un rapport des personnes missionnées ainsi que leur cahier des charges. L'équipe ordonnée se compose des lévites qui ont la tâche de "prendre soin des comptes", ils sont sous la direction d'Itamar, fils du prêtre Aaron, ce dernier est donc directeur du projet ordonné par Moïse. Puis, nous découvrons que cette équipe plutôt "administrative" va alors se coordonner avec une équipe plutôt "de direction exécutive" : Betsaleel qui, selon le verset 22, fera tout ce que Moïse a ordonné, assisté par Oholiab, sculpteur, concepteur et brodeur. Suite à ce rapport décrivant les noms et les fonctions des membres de l'équipe, nous pouvons lire du verset 24 au verset 31, un descriptif précis et détaillés au grammes près de la quantité des métaux utilisés pour la construction des différents socles, piquets, crochets, tringles, etc du Tabernacle et du parvis. Au-delà, du fait que ces rapports constituent une trace des responsables et de la quantité des métaux utilisés, ils sont aussi un témoignage des offrandes du peuple. En effet, nous pouvons lire au verset 23 : "or qui avait été présenté à l'Éternel : 1 000 kilogrammes et 122 grammes, pesé selon le poids en vigueur au sanctuaire.". La quantité d'or réunie offerte par le peuple a été dédiée à Dieu et comptée au gramme près. Au verset 25, on peut lire ceci : "L’argent apporté par les membres de la communauté dont on fit le recensement pesait 3 440 kilogrammes et 235 grammes, selon le poids en vigueur au sanctuaire". Une fois encore, l'argent a été apporté par le peuple, un recensement a été effectué et le poids donné au gramme près. Au verset 29, on retrouve l'état de compte du bronze : "Le peuple avait présenté à l'Éternel 2 421 kilogrammes et 360 grammes de bronze." Il est évident que les offrandes d'or, d'argent et de bronze du peuple à Dieu sont au service de la construction du Sanctuaire. Faire les comptes, c'est rendre témoignage des offrandes que le peuple présente à Dieu. Personnellement, ces rapports me rappellent nos fameuses assemblées générales annuelles. Une réunion qui peut être moins attractive qu'une soirée de louanges et qui pourtant a tout son sens et sa place dans l'organisation de la communauté. Seul un petit nombre apprécie le "grand moment" du bilan financier et pourtant c'est un moment privilégié pour se poser et évaluer dans quels postes on accorde plus ou moins d'importance. Le but de la gestion des comptes n'est pas de faire de la communauté un business, c'est de rendre compte des choses et des moyens que nous mettons à disposition pour le Seigneur et son Oeuvre, c'est aussi rendre compte de la reconnaissance que nous offrons à Dieu pour ses bienfaits envers nous. Le rôle du "compteur-rapporteur" (comptable) n'est pas seulement de lister l'état des comptes mais il doit aussi calculer et gérer les sommes obtenues. C'est que nous trouvons rapporter dans ce passage. Au verset 25, "3 440 kilogrammes et 235 grammes" est le poids rapporté pour l'argent, puis au verset 27, le "rapporteur" explique que : "3 420 kilogrammes furent utilisés pour les cent socles du sanctuaire et ceux du voile", ce qui indique un reste non utilisé. Au verset 28, le rapport rend compte que le restant est alors alloué : "Les 20 kilogrammes restants furent utilisés pour les crochets et les tringles reliant les piliers, ainsi que pour le revêtement des chapiteaux.". Rapporter des comptes, c'est témoigner, Compter, c'est aussi savoir gérer. Voilà un éclairage qui nous permettra d'apprécier l'importance du "compteur-rapporteur" autant dans son rôle de gestionnaire que dans son rôle de témoin des offrandes. Peut-être cet éclairage motivera plusieurs à prier pour leur comptable, pour que Dieu leur communique la sagesse de gestion et pour qu'il soit un témoin fidèle des offrandes des membres de la communauté. Le comptable a autant de valeur et d'importance dans le service pour le Seigneur que le musicien pour la louange (et c'est d'ailleurs également le cas pour tout autre serviteur et servante dans la maison de Dieu). Lorsque nous pensons aux lévites, nous pensons très souvent aisément aux chanteurs et musiciens dans le Temple mais il ne faut pas négliger que les lévites étaient également pourvus d'un devoir administratif, ils veillaient sur les trésors de la maison de Dieu et à partir des dîmes de récoltes, ils avaient la responsabilité de les distribuer aux ouvriers du Seigneur et aux nécessiteux.


Vivre par la foi, c'est être choisi par Dieu pour accomplir son oeuvre

Dieu choisit ses ouvriers.

Nous pouvons lire dans Luc 6 : au versets 12-13 que Jésus choisit des personnes pour une oeuvre en particulier. Avant de les choisir, il passe une nuit entière à la montagne pour prier et le lendemain matin, il appelle tous ses disciples, Il en choisit 12 et les nomme : "apôtres". Ils leur donne un nom et une mission.

Lorsque Jésus retourne au Père, les apôtres se trouvent devant ce même choix. Il est reporté dans le livre des Actes au chapitre 1 du verset 16 au verset 26 que l'un des apôtres n'est plus en mesure d'accomplir son travail pour le Seigneur. En effet, Judas, prophétisé par David longtemps auparavant, est devenu le "guide de ceux qui se sont saisis de Jésus". On peut lire au verset 17 le constat des apôtres porté par la bouche de Pierre : "Il était compté parmi nous, et avait obtenu part à ce même ministère.". Pierre s'appuie sur ce que les Psaumes prédisent à propos de cette trahison et du manque de cet ouvrier : verset 20 "Or, il est écrit dans le livre des Psaumes : Que sa demeure devienne déserte, Et que personne ne l’habite ! Et : Qu’un autre prenne sa charge !" Pierre propose donc un profil pour la personne qui doit remplacer Judas. Verset 21-22 : " Des hommes nous ont accompagnés pendant tout le temps où le Seigneur Jésus a marché avec nous : depuis que Jean l’a baptisé jusqu’au jour où il est monté au ciel. Il faut donc qu’un de ces hommes devienne avec nous témoin que Jésus s’est relevé de la mort.".

Voilà le pré-requis pour ce remplaçant : il devait avoir accompagné le groupe des apôtres pendant tout le temps où Jésus était avec eux car il devait devenir un témoin de la résurrection de Jésus. Suite à ce descriptif suggéré par Pierre, deux candidatures sont proposées : Joseph et Matthias. Alors tous les croyants se mettent à prier pour chercher le choix de Dieu. Matthias est donc choisi par le tirage au sort induit par Dieu. Beaucoup plus tard, dans le chapitre 6 des Actes, nous pouvons lire que le nombre des disciples devient de plus en plus grand et il survient un problème de gestion : les juifs qui parlent grecs se plaignent des juifs du pays car chaque jour, au moment de la distribution de la nourriture, les veuves de leur groupe sont oubliées. Les apôtres réunissent leurs disciples et leur proposent de choisir sept hommes que tout le monde respecte, remplis de l'Esprit Saint et de sagesse. Une fois présentés, l'assemblée entière les acceptent et les apôtres prient pour eux sept en leur imposant les mains afin que Dieu les bénisse dans leur rôle du service des tables. Ces sept hommes bien qu'ayant un rôle différent que celui d'un apôtre, devaient également correspondre à des pré-requis. Ce qui est intéressant c'est de les noter : Ils devaient être respecter des autres, c'est-à-dire rendre un bon témoignage. Ils devaient aussi être remplis de l'Esprit Saint et puis, ils devaient être sages pour pouvoir être chargés de cet emploi. Ces trois éléments me rappellent ce qu'on a vu auparavant : pour vivre par la Foi et servir convenablement le Seigneur, nous devons être remplis du Saint-Esprit, avoir notre intelligence renouvelée par Lui-même, nous devons reconnaître notre limitation humaine et l'omniscience de Dieu afin de bien agir avec sagesse. Nous devons également rendre un bon témoignage de Jésus qui vit en nous, que l'on soit un comptable pour le Seigneur, un enseignant de sa Parole ou au service des tables.


En conclusion, prions pour confier à Dieu chacun des disciples à son service quel que soit le terrain sur lequel il appelle, à aimer, respecter et valoriser chacun pour la gloire du Seigneur. Rendons ensemble un bon témoignage de sa Puissance et son Amour. Réfléchissons à la part que nous pouvons faire pour une bonne gestion des œuvres que Dieu nous confie. Prions pour que notre intelligence soit renouvelée et éclairée pour le service ancré dans notre foi en Jésus-Christ.



Qui est Émilie MARGAILLAN :

Vice-Présidente de l'association ARIEL'S


Auto-entrepreneuse dans les domaines

- de l'éveil au langage

- de l'éveil à la musique dans les structures de la Petite Enfance.


Missionnaire co-responsable d'une implantation d'église de la mission France VIE.






Elle est passionnée de réflexion, d'écriture, de transmission en particulier des sujets concernant la Foi en Jésus-Christ. Émilie est mariée et maman de deux filles de 10 et 8 ans